27 septembre 2022

Empreinte Magazine

Votre magazine de proximité pour une visibilité tous azimuts.

Accueil » La RDC ne veut plus que Glencore exporte du cobalt brut

La RDC ne veut plus que Glencore exporte du cobalt brut

La République démocratique du Congo (RDC) ne permettra plus au géant helvétique du négoce des matières premières Glencore d’exporter des matières premières brutes, notamment le cobalt qui est indispensable pour la fabrication des véhicules électriques, a indiqué sa ministre de l’Environnement. La ministre, Eve Bazaiba Masudi, dit en avoir informé la Suisse lors de la COP26 à Glasgow.

« Nous avons prévenu que, désormais, nous n’accepterions plus que ces ressources soient exportées sous forme brute », affirme-t-elle dans un entretien publié samedi par la plateforme Geneva Solutions. « Il faut qu’elles soient transformées localement », a-t-elle ajouté.

Mme Bazaiba, qui est également vice-Première ministre, en a parlé vendredi à Glasgow avec le chef de la délégation suisse à la COP26, l’ambassadeur Franz Perrez. Glencore devra se préparer à cette nouvelle étape et devra se conformer à un arrêté actuellement en préparation, ajoute-t-elle.

La RDC attend de la Suisse un partenariat qui puisse être positif pour tous les acteurs, insiste la ministre congolaise. Elle dit avoir demandé à M. Perrez d’aborder la question de l’unicité du prix de la tonne de carbone dans les discussions internationales.

Plusieurs dirigeants se sont exprimés en faveur de celle-ci. Selon Mme Bazaiba, les tarifs de la tonne de carbone varient actuellement beaucoup entre pays riches et pays en développement.

Glencore a été accusé régulièrement pas des ONG suisses de polluer l’air et les sols en RDC, sur le site de la Kamoto Copper Company (KCC), malgré quelques avancées ces dernières années. En 2018, l’entreprise avait dit assumer ses responsabilités dans certaines situations, alors qu’elle n’est pas la seule à polluer dans la région.

Sourece La libre Afrique