27 septembre 2022

Empreinte Magazine

Votre magazine de proximité pour une visibilité tous azimuts.

Accueil » Libération conditionnelle pour Vital Kamerhe

Libération conditionnelle pour Vital Kamerhe

La Cour de cassation de la République démocratique du Congo a décidé lundi de libérer provisoirement sous caution Vital Kamerhe, ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, condamné à 13 ans de prison pour détournement de fonds publics, selon la télévision d’État, RTNC. « Vital Kamerhe bénéficie d’une liberté provisoire accordée par la Cour de cassation ce lundi », une décision motivée par « le tableau médical très critique » du concerné, a écrit la télévision d’État RTNC sur son compte Twitter, citant la cellule de communication de cette juridiction.

« Vital Kamerhe doit payer une caution de 500.000 dollars » avant de quitter la prison, a précisé la source.

« Nous attendons que cette décision lui soit signifiée avant de confirmer quoi que ce soit », a réagi auprès de l’AFP Me Jean-Marie Kabengela, son avocat. La justice a refusé plus d’une dizaine de fois d’accorder la libération provisoire à cet allié du président Tshisekedi.

Ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, 62 ans, avait été condamné en avril 2020 à 20 ans de prison, pour détournement de près de 50 millions de dollars alloués à la construction de maisons préfabriquées pour des militaires et des policiers, dans le cadre d’un programme qui devait lancer le mandat du président Tshisekedi.

Cette peine a été réduite à 13 ans de prison en appel en juin 2021. Lors des audiences, ses avocats avaient dénoncé « un procès politique pour l’empêcher de se présenter en 2023 ».